A propos

 
Du site :
Intra-science est un site proposant des réponses scientifiques à des questions quotidiennes, ainsi que de nombreuses expériences et observations. Ces articles sont classés par thèmes, selon divers domaines scientifiques et techniques.

Ce site vise à satisfaire un public aussi large que possible, c'est pourquoi chaque réponse comporte un niveau simple, facile et rapide à comprendre, ainsi qu'un niveau avancé contenant des détails et termes plus spécifiques.

Intra-science a pour but de promouvoir l'étonnement et la curiosité que véhiculent les sciences. Il cherche à faciliter l'accès à la connaissance en vulgarisant des concepts peu ou mal connus du grand public.

Parce que les questions simples sont souvent les moins évidentes, ce site est dédié à tous les curieux qui ne se satisfont pas des apparences.

 

--> Les informations relatives aux questions, illustrations et expériences se trouvent dans la F.A.Q.

 

De la responsable :

Anaïs Equey
Vulgarisatrice.

Originaire de Suisse Romande, résidant actuellement à Sydney (AU).
Cursus : maturité scientifique spécialisation biologie et chimie. Cours supérieurs de physique suivis en auditrice libre à l'EPFL et l'université de Montréal. Diplôme de photographe : 2 ans de formation en ligne sur le site "l'académie de la photographie".

 

Intra-science constitue l'un des embranchements de mes projets; un site d'information et de recherche où l'illustration et la rédaction ont autant de valeur que la transmission de données. Je cherche quotidiennement à améliorer tant la structure que le contenu de mon site afin d'offrir un service de qualité.

 

Un grand merci à mes proches et aux personnes qui me soutiennent concernant l'élaboration et la vérification des articles, ainsi qu'aux nombreux internautes qui donnent un sens à mon travail.

J'adresse des remerciements particuliers à Cyril Lagger, qui m'assiste courageusement dans toutes mes expériences, ainsi qu'à Nadia Cardelli pour ses critiques constructives et sa relecture systématique de mes textes.

 

De la démarche scientifique :
La démarche scientifique est une méthode se basant sur des faits servant à la production de savoirs scientifiques.

Cette démarche se déroule en trois étapes successives interdépendantes :


Les étapes clefs de la recherche

1) L'observation d'un phénomène

La méthode :

Le ou les observateurs constatent un phénomène ou observent un fait.

Les dangers :

Les observations doivent être précises, objectives, sans interprétation ou jugement de valeur, et spécifiques au sujet observé (pas de généralisation à ce stade).

Exemples :

- phrase fausse : les oiseaux se calment dans le noir.

- phrase correcte : ce matin, la  mésange observée a cessé de voler et est devenue silencieuse une fois isolée dans l'obscurité.

 

2) La formulation d'hypothèses et de théories

La méthode :

En se fondant sur les observations, le ou les intervenants élaborent de nouvelles hypothèses visant à expliquer ces descriptions. Pour être considérée comme scientifique, une hypothèse doit répondre à certains critères précis, comme par exemple :

- Falsifiabilité (ou testabilité) : l'hypothèse doit pouvoir être réfutée ou validée par une expérience ou observation
- Parcimonie (ou simplicité) : l'hypothèse ne doit faire appel qu'au minimum nécessaire de postulats afin d'être aussi simple que possible
- Domaine de validité : l'hypothèse doit être définie par rapport à un domaine d'application clair et limité
- Fécondité (ou utilité) : l'hypothèse doit pouvoir expliquer ou aider à expliquer d'autres phénomènes dans le futur
- Conservatisme : l'hypothèse doit être cohérente avec l'ensemble des connaissances du moment.

Les dangers :

Les hypothèses doivent être vérifiables par de nouvelles observations ou expériences. Une hypothèse dont on ne peut définir la valeur (vraie/fausse) n'est pas scientifique.

Il est nécessaire de définir avec précision les domaines où s'applique une hypothèse et les limites dans lesquelles elle s'exerce.

Une théorie scientifique est élaborée dans un but explicatif et non philosophique.

Attention a ne pas mélanger causalité ("pourquoi" = quel est le déclencheur) et but ("pour quoi" = y a t-il une finalité).

Exemples :

- phrase fausse : Les oiseaux voient mal la nuit.

- phrase correcte : Comme la mésange charbonnière observée cesse de s'agiter dans le noir, il est possible que ces oiseaux aient une vision nocturne limitée.

 

3) La vérification des résultats

La méthode :

La vérification d'une hypothèse ou d'une théorie se fait par la confrontation des résultats envisagés avec les résultats observables. Il faut donc mettre en oeuvre de nouvelles observations ou expériences reproductibles afin d'obtenir des résultats de comparaison.

Si les résultats infirment l'hypothèse, celle-ci est considérée comme obsolète et une nouvelle hypothèse intégrant ces résultats doit être formulée. Si les résultats confirment l'hypothèse, celle-ci n'est pas pour autant considérée comme vraie ! Elle est toutefois utilisable avec bon sens tant qu'elle n'a pas été infirmée. Un ensemble cohérent d'hypothèses validées peut former une théorie plus complexe.

Les dangers :

Une hypothèse prouvée dans un cas ne l'est pas forcément une fois généralisée.

Une hypothèse vérifiée n'est pas considérée comme vraie dans l'absolu, mais valide jusqu'à preuve du contraire. Le doute et le scepticisme sont des outils indispensables en sciences. Une théorie vérifiée objectivement à de multiples occasions a toutefois peu de probabilité d'être complètement invalidée dans le futur, simplement remise dans un contexte plus global.

Attention : invalider une hypothèse fausse ne prouve pas forcément l'hypothèse inverse.

Exemples :

- phrase fausse : après avoir isolé plusieurs fois une mésange dans le noir, on constate que les oiseaux diurnes voient mal la nuit. Les oiseaux nocturnes ont donc des organes visuels plus développés.

- phrase correcte : après avoir mis différents types d'oiseaux diurnes dans les mêmes conditions, nous pouvons constater que certains d'entre-eux montrent les signes d'une vision nocturne limitée. Cette mise en évidence tend à confirmer que la vue des oiseaux est en lien avec leur période d'activité. D'avantage d'études relatives aux organes visuels des espèces nocturnes nous permettraient de corroborer ou non cette relation.

 

L'élaboration d'une théorie scientifique demande un échange permanent entre ces trois étapes.