Comment fait-on pousser du raisin sans pépin ?

Comment fait-on pousser du raisin sans pépin ? - 5.0 out of 5 based on 20 votes
Note utilisateur:  / 20
MauvaisTrès bien 

réponse simple

Réponse simple :

Le raisin sans pépin est devenu courant dans les magasins. Sachant que les graines sont des éléments du fruit qui nous paraissent essentiels pour sa reproduction, il est légitime de se demander comment il est possible de cultiver ce type de plante.

 

Les pépins sont les graines fécondées qui donnent naissance à de nouvelles plantes
Comment parvient-on à cultiver du raisin sans pépin ?

Tout d'abord, il faut savoir que le terme sans pépin n'est pas tout à fait correct, car les graines sont toujours présentes à l'état atrophié1.

 

Les graines sont bien présentes, mais très atrophiées
Les pépins sont atrophiés, mais bien présents

Contrairement aux idées reçues, le raisin sans pépin n'est pas un OGM (organisme génétiquement modifié), mais une plante hybride obtenue par le croisement de plusieurs sortes de vignes2.

Les plantes sont volontairement reproduites entre elles afin de sélectionner les descendants dont les propriétés nous intéressent, comme le faible développement des pépins. Une fois que la plante obtenue correspond aux critères souhaités, elle est conservée afin de lancer une production de ses fruits.

 

L'hybridation se fait par fécondation entre les différents plants
La pollinisation manuelle sert à faire des croisements génétiques (source)

Les végétaux, contrairement aux animaux, ne sont pas obligés de se reproduire de manière sexuée, c'est-à-dire avec du pollen et des graines. Ils peuvent se dupliquer naturellement par multiplication végétative, c'est-à-dire qu'une partie de la plante repousse indépendamment pour former un second individu identique au premier3. C'est une sorte de clonage, qui se passe tout autant dans la nature que dans nos cultures.

 

L'une des méthode de multiplication végétative
Le bouturage est l'une des méthode artificielle de multiplication végétative (source)

Ainsi, afin d'augmenter le nombre de vignes produisant du raisin sans pépin, on replante non pas une graine, mais une partie de la tige afin de dupliquer la plante qui nous intéresse4. On peut alors obtenir de nombreux plants identiques sans recourir aux pépins.

réponse avancée

Réponse avancée :

Les pépins que contiennent les fruits sont le résultat de la fécondation entre les gamètes mâle (pollen) et femelle (graine)5.

 

Le pistile et les étamines forment l'appareil reproducteur de la plante
Le pistil abrite les gamètes femelles et les étamines les gamètes mâles

Chez la plupart des gymnospermes (conifères,…) et des angiospermes (plantes à fleurs), la reproduction sexuée est la voie la plus évidente pour produire de nouveaux individus. Il est donc légitime de se demander comment les plants dépourvus de pépins parviennent à se dupliquer.

 

Les pépins sont les graines fécondées qui donnent naissance à de nouvelles plantes
Comment parvient-on à cultiver du raisin sans pépin ?

Tout d'abord, il faut savoir que les fruits dits "sans pépin" contiennent en réalité des graines non développées et ne sont donc pas à proprement parler dénués de pépins1.

 

Les graines sont bien présentes, mais très atrophiées
Les pépins sont atrophiés
, mais bien présents

Les vignes produisant ce type de fruits ne sont pas des OGM, mais des hybrides produits par croisement2.

On reproduit les plantes des genres ou des espèces qui nous intéressent en déposant volontairement le pollen de l'une sur le pistil de l'autre et en plantant les graines produites3. Après analyse génétique des individus nés, on sélectionne ceux dont les propriétés se rapprochent de nos attentes, comme l'hypertrophie des pépins. Ils sont ensuite reproduits entre eux jusqu'à ce que le résultat corresponde à nos exigences.

 

L'hybridation se fait par fécondation entre les différents plants
La pollinisation manuelle sert à faire des croisements génétiques (source)

L'appareil reproducteur des hybrides subit en général des altérations dues aux nombreux croisements. Dans le cas des raisins sans pépin, il est clair que la reproduction sexuée n'est plus envisageable.

Pour dupliquer les vignes, on procède donc par multiplication végétative, une voie asexuée naturelle que l'on peut apparenter au clonage4. On agit concrètement par greffage : le greffon, une partie de la tige de la vigne qui nous intéresse, est déposé sur le porte-greffe, une racine d'un autre plant sélectionné pour sa robustesse. Lors de la croissance des deux protagonistes, les tissus vont fusionner et la plante finale possèdera des fruits aux caractéristiques du greffon uniquement6.

 

Le greffage est l'une des méthode de multiplication végétative
Exemple de greffe d'un arbre (source)

Ce clonage s'effectue donc à grande échelle pour obtenir des plants aux propriétés similaires.

On utilise parfois en parallèle des gibbérellines, qui sont des phytohormones (hormones végétales) stimulant la croissance des graines sans nécessiter de fécondation7. Le fruit se développe donc généreusement, mais l'ovule reste à l'état non fécondé, ce qui accentue la taille du grain tout en conservant l'atrophie des pépins.

Commentaires   

-1 #15 intrascience 13-04-2016 09:28
@ Chrystol :

Tout à fait d'accord avec votre résumé, c'est du moins ce que j'ai pu tirer de mes sources.

Le clonage permet effectivement de dupliquer tel quel le patrimoine génétique d'un individu, ce qui est utile pour conserver les propriétés qui nous intéressent (ce que vous appelez la "qualité" du cépage), mais en contrepartie cela rend les plantes plus vulnérables aux maladies de masse ou à d'autres aléas auxquels elles ne seraient pas résistantes (froid, sécheresse, etc.).

C'est le grand désavantage de la reproduction asexuée. Bien qu'elle soit plus simple et plus rapide à mettre en oeuvre que la reproduction sexuée, l'absence de brassage génétique nuit à l'adaptabilité et parfois ainsi à la survie de la lignée sur le long terme.
C'est l'une des raisons pour laquelle certaines plantes utilisent les deux types de reproductions, en fonction des conditions du moment et de l'abondance des ressources. Chez les animaux le clonage naturel existe également et s'appelle la parthénogenèse (p.ex chez les pucerons), mais le mode d'action est un peu différent.
Citer
+6 #14 Chrystol 13-04-2016 08:41
IS, puis-je me permettre de reformuler une réponse, en complément ?

Citation en provenance du commentaire précédent de Leti :
Bonsoir , vous parlez de reproduction végétative qui n'est simplement qu'une multiplication par bouturage !!!, ok mais avant d'y recourir , il faut que le pied , cep ,ou grain ...... En soit modifié par reproduction sexuée ??? Et avec quelles espèces ??? Quel espèces ou variétés existe sans pépin ???


La reproduction végétative est l'un des deux grands modes de reproduction d'une plante, le second étant la reproduction sexuée, impliquant la présence de deux individus, mâle et femelle.

Dans le premier mode, un seul individu suffit, le patrimoine génétique est donc fixe (j'ai d'ailleurs entendu dire hier que ça offrait aux viticulteurs une certaine stabilité dans la qualité : es-ce vrai ?).
Je suppose donc que l'individu ne peut être que cloné, (par bouturage ou en labo par culture de méristèmes ?).

C'est ensuite que ce clône doit être greffé sur un pied de vigne plus robuste, le porte-greffe, mais il n'y a pas de 'mélange' génétique entre ces deux espèces, c'est juste que le clône greffé parvient à se nourrir via le porte-greffe.

Voilà ce que j'ai compris de mon côté.
Qu'en dites-vous ?
Citer
+4 #13 intrascience 13-04-2016 00:52
Citation en provenance du commentaire précédent de Leti :
Bonsoir , vous parlez de reproduction végétative qui n'est simplement qu'une multiplication par bouturage !!!, ok mais avant d'y recourir , il faut que le pied , cep ,ou grain ...... En soit modifié par reproduction sexuée ??? Et avec quelles espèces ??? Quel espèces ou variétés existe sans pépin ???

Bonjour Leti,

J’ai lu que les viticulteurs privilégiaient désormais le greffage au bouturage en tant que méthode de clonage. Mais tous deux sont effectivement possibles, et considérés comme des modes de reproductions végétatives même s’ils sont artificiellement mis en œuvre.

À la différence du bouturage le greffage consiste à « mélanger » deux types de plantes : le porte-greffe (la partie au sol), est sélectionné notamment pour sa résistance à certains climats et maladies, et le greffon (la partie supérieure) est celle qui produira les fruits. Vous pouvez voir une image dans le niveau avancé ci-dessus.

Les « premiers » plants de raisins aux pépins atrophiés ont en effet été obtenus et améliorés par croisements sexuée. A l’heure actuelle il existe un grand nombre de cépages qui possèdent ces propriétés, d’ailleurs la majorité des raisins « de table » sont désormais sans pépins. La sultanine par exemple est une sorte de raisin blanc très populaire aux USA (commercialisé sous le nom « Thompson Seedless »).

Vous trouverez d’autres variétés sur ce site français de pépinière viticole (ceux qui vendent les plants aux viticulteurs) : richter.fr/.../...

Bonne suite à vous.
Citer