Pourquoi est-il difficile d'attraper une mouche ?

Pourquoi est-il difficile d'attraper une mouche ? - 5.0 out of 5 based on 20 votes
Note utilisateur:  / 20
MauvaisTrès bien 

réponse simple

Réponse simple :

Capturer une mouche est un acte d'une surprenante difficulté. Ce petit animal dispose en effet d’un mécanisme de fuite particulièrement efficace.

 

Mouche sur un doigt
Les mouches sont plus performantes qu'il n'y parait

Son premier atout est sa vision panoramique, qui lui permet de détecter un danger s’approchant par derrière ou sur les côtés. Les yeux de la mouche sont en effet composés de nombreuses facettes, jusqu’à 800 pour la drosophile, agissant chacune comme des récepteurs indépendants1.

 

Ils sont formés de nombreuses ommatidies
Les yeux sont formés de facettes appelées ommatidies

Les signaux lumineux perçus par l’œil sont ensuite acheminés vers le cerveau avec une rapidité près de cinq fois supérieure à celle de l’homme3. Cette longueur d’avance permet à la mouche de repositionner ses pattes de manière à décoller dans la direction opposée à la menace.

Dès lors que la mouche perçoit un danger, des études ont montré qu’il ne leur faut que 288 millisecondes avant de prendre leur envol2.

 

Décollage d'une mouche au ralenti (vidéo en anglais) (source)


Une fois en l'air, l’insecte peut battre des ailes à une cadence allant jusqu'à 1000 battements par seconde7, ce qui rend possible de brusques changements de direction afin d'éviter son adversaire6.

réponse avancée

Réponse avancée :

Capturer une mouche à mains nues demande à la fois de la chance et de l'habilité. L'insecte en question a en effet évolué de manière à pouvoir fuir particulièrement efficacement.

 

Mouche sur un doigt
Les mouches sont plus performantes qu'il n'y parait

En premier lieu, il faut savoir que le système visuel des mouches est spécialisé dans la détection du mouvement. Elles sont effectivement pourvues d'yeux composés, c'est-à-dire formés de nombreuses facettes, nommées ommatidies, qui agissent comme des récepteurs indépendants. Par exemple, la drosophile, ou mouche du vinaigre, possède environ 800 de ces unités par œil1. Cet ensemble de récepteurs confère une vision panoramique très large à la mouche, lui permettant notamment de détecter une menace dans son dos2.

Les yeux sont formés de nombreuses ommatidies
Les yeux sont formés de nombreuses ommatidies (source)

Ils sont formés de nombreuses ommatidies
Macro des yeux composés d'une mouche, où les facettes sont visibles

Une autre particularité vient du fait que la mouche peut capter un mouvement environ cinq fois plus rapidement que l’humain3. Cette rapidité fait référence au temps que met l’individu à traiter les signaux lumineux parvenant dans son œil. Dans le cas de l’homme, lorsque la lumière active les photorécepteurs de l’œil, ceux-ci génèrent des processus biochimiques convertissant l’information lumineuse en une impulsion électrique, se propageant jusqu’au cerveau. Mais une étude a récemment montré que les photorécepteurs de la drosophile réagissent également de manière mécanique, en se contractant sous l’effet de la lumière3. C’est ce mécanisme physique qui, en s’ajoutant aux réactions biochimiques standards, explique en partie la rapidité de traitement de l’information lumineuse par la mouche.

Une fois parvenues au cerveau de l’insecte, ces informations sont également traitées avec une grande efficacité. Aucune explication complète n’a pour l’instant permis de comprendre comment se déroulait ces processus cérébraux étonnamment rapides comparativement au nombre de neurones de l’insecte4.

A peine a-t-on déplacé notre main que l'insecte a déjà positionné ses pattes de manière à décoller en sens inverse du danger. Une fois prêt, il se propulse dans la direction souhaitée et commence à battre des ailes.

 

Décollage d'une mouche au ralenti (vidéo en anglais) (source)


Des expériences ont été réalisées pour déterminer la réaction musculaire des mouches face à une agression. Les scientifiques ont pu déterminer les différentes postures de l’insecte grâce à une caméra ultrarapide : dès lors que la mouche perçoit une menace, il ne lui faut que 288 millisecondes pour repositionner ses pattes et prendre son envol2. Les vidéos ont montré que le diptère place ses deux pattes centrales en fonction de la position de la menace, il peut ainsi décoller tant en arrière que de côté.

Une fois en vol, en agitant ces ailes à une cadence pouvant atteindre 1000 battements par seconde7, la mouche gère parfaitement ses déplacements, et peut autant effectuer de brusques changements de direction (en 50 millisecondes) que rester sur place6.

 

Explications intéressantes sur les mouches (vidéo en anglais) (source)


Sources

Sources internet

(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Drosophila_melanogaster#La_vision_chez_les_Drosophila

(2) http://www.sciencentral.com/video/2008/10/23/fly-swat-science/ (anglais)

(3) http://phys.org/news/2012-10-eye-mystery-insight-flies-fastest.html (anglais)

(4) http://qi.epfl.ch/sondage/show/67/

(5) http://depts.washington.edu/flyarama/ (anglais)

(6) http://www.sciencemag.org/content/300/5618/495.abstract7 (anglais) (publication à accès restreint)

(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Vol_de_l%27insecte

--> voir ici pour les sources bibliographiques

Commentaires   

+1 #2 Laurent 12-08-2014 23:36
J'en attrape souvent en plein vol d'une main, tout en la tapant au vol entre mes 2 mains :) Cela demande un bon synchronisme haha!
Citer
+11 #1 Nadia 25-04-2013 15:11
Ha ha, même si elle m'avait à l’œil 5 x plus vite, j'en ai malgré tout attrapé une au vol ce matin ! Comme quoi, moins rapide mais plus malin ;-)
Citer