Témoignage : élevage d'oisillon dès l'éclosion
(merle noir)

Un petit merle de 10 jour, encore nu et élevé à la main

Présentation :

 

Synopsis :

Après une longue période de préparation, j'ai cherché à faire éclore et à élever un oisillon nidicole jusqu'au sevrage. Il s'agit d'un élevage à but didactique : vous trouverez ci-dessous un compte rendu rigoureux de mon expérience personnelle. La progression de l'oiseau est suivie chaque jour jusqu'à sa remise en liberté.

 

Remarques :

Avis aux internautes : cet élevage est de difficulté critique : ne tentez pas de le reproduire ! Il a nécessité des mois de préparatifs et un investissement personnel sans précédents. Quelles que soient vos intentions, demandez-vous si celles-ci peuvent raisonnablement justifier la mise en danger d'un autre animal.

 

Avertissement : les oisillons "tombés" du nid ne sont pas orphelins et ne doivent pas être récupérés sauf en cas de danger vital (absence de plumes, blessures, prédateurs, parents morts, etc.). Si vous avez recueilli l'un de ces petits, veuillez vous référer à cet article, ou contactez directement un centre spécialisé de votre région.

 

Durée :

2 mois. Cette durée concerne uniquement l'expérience menée par la responsable. Veuillez consulter les informations techniques pour plus de détails.

 

Difficulté :

Dangerosité :

--> Fatigue physique et psychologique

Durée de l'expérience :

--> Plutôt long

Prix des objets/animaux :

--> Matériel coûteux

Disponibilité des objets/animaux :

--> Il est illégal de prélever les oeufs et le bon matériel est difficile à se procurer

Mise en place et préparatifs :

--> Long, fastidieux et délicat à organiser

Problèmes potentiels :

--> Extrêmement difficile à mener à terme

Entretien :

--> Nourrissage et nettoyage toutes les heures, du matin au soir et parfois la nuit

 

Avis personnel :

Passionnant

Étonnement :

--> Expérience particulièrement intense et surprenante

Rareté de l'expérience :

--> Élevage unique en son genre (concernant les nidicoles sauvages)

Relation avec l'animal :

--> Animal incroyablement intelligent et communicatif

Évolution anatomique :

--> Croissance rapide et fascinante

Potentiel didactique :

--> Expérience très enrichissante, beaucoup de terrains inexplorés

Diversité comportementale :

--> Comportement plutôt varié, excepté la première semaine

Difficulté de réalisation :

--> Difficulté critique

Adaptation au cadre scolaire :

--> Même pas envisageable

 

--> Nous vous rappelons que la détention d'animaux sauvages est interdite. Je vous déconseille de reproduire cette expérience. Si vous décidez d'outrepasser cet avertissement, veuillez lire avant tout le préavis concernant les expérience zoologiques <--

 

 Compte rendu Explications et déroulement illustré.

 Informations techniques Protocole et matériel employé.

Commentaires   

+2 #4 intra-science 30-06-2014 20:43
Citation en provenance du commentaire précédent de EDOUARD :
a quoi bon ces expériences ? L'animal est trop souvent le champ d'expériences inutiles. L'homo sapiens intelligent quoi que suffisamment idiot pour scier la branche sur laquelle il est assis se permet tout sur la "race inférieure"des animaux. Et si une race d'extraterrestre "plus intelligente" que nous nous prenait en otages pour des expériences en tous genres au gré de leur fantaisie? Qu'en pensez-vous?

Bonjour,

Pour être franche, j'aurais préféré éviter ce débat éthique, car je ne partage pas les valeurs qu'il sous-tend.
Vous soulevez cependant un sujet sensible, je vais donc passer outre l'aspect polémique de vos propos pour essayer de vous répondre au mieux.

En ce qui me concerne, je n'ai jamais ressenti de différence entre les humains et les autres animaux. Nous côtoyons ces espèces tous les jours ; dans l'herbe, le ciel, nos villes, nos maisons... pourtant la plupart des gens passent à côté d'elles sans même les remarquer.
Ce manque de conscience et d'interaction m'a beaucoup perturbée. J'ai décidé au travers de ce site de mettre à profit mon intérêt pour ces espèces : chaque expérience, chaque élevage, chaque article se veut source d'information, mais aussi une petite ouverture pour s'intéresser à ces êtres qui nous entourent.

Si le terme "expérience" peut paraitre péjoratif, je peux vous assurer que je m'attèle à ces projets avec assiduité et respect à l'égard de mes protégés. Mes résultats peuvent paraitre inutiles aux yeux de certains, ils n'en restent pas moins de précieuses sources de réponses.
A titre indicatif, cette expérience spécifique m'a permis de rédiger cet article : intra-science.anaisequey.com/. ../..., à la suite duquel je reçois désormais plusieurs messages par jour de différents pays francophones. Mon savoir faire me permet d'aider ces gens, de les rediriger et, parfois, de sauver quelques uns de ces oisillons en détresse.

Bien sûr, mes expériences n'ont pas toujours d'application si concrète, mais j'espère que mes recherches pourront inciter quelques internautes à s'intéresser aux animaux qui vivent à nos côtés. Pour ma part, je trouve ces élevages d'une richesse inégalée.

En espérant que ma réponse vous sera utile, je vous souhaite une bonne continuation.
Citer
-5 #3 EDOUARD 30-06-2014 18:02
a quoi bon ces expériences ? L'animal est trop souvent le champ d'expériences inutiles. L'homo sapiens intelligent quoi que suffisamment idiot pour scier la branche sur laquelle il est assis se permet tout sur la "race inférieure"des animaux. Et si une race d'extraterrestre "plus intelligente" que nous nous prenait en otages pour des expériences en tous genres au gré de leur fantaisie? Qu'en pensez-vous?
Citer
+2 #2 intra-science 25-05-2013 18:19
Citation en provenance du commentaire précédent de Nadia :
Sachant que les oiseaux ont une culture de langage tributaire de leur entourage direct, le fait qu'un humain élève un oisillon n'entrave-t-il pas sa capacité de communication, donc d'intégration et de reproduction ?

Oui, très probablement. C'est lié entre autre au phénomène d'empreinte chez les oisillons.
Ont peut toujours minimiser ce phénomène pour améliorer l'adaptation de l'oiseau à son futur environnement, par exemple :
- en évitant de l'habituer aux animaux domestiques et aux bruits du quotidien humain (ainsi qu'aux autres humains)
- en prenant au moins 2 oisillons du même nid
- en lui faisant écouter des chants de son espèce
- en l'élevant à l'extérieur
- en prolongeant la phase de libération pour que l'oiseau se déshabitue mieux de la captivité.
- en réduisant au maximum les contacts avec l'oisillon (ce que je conseille uniquement dans une certaine mesure).
- etc...

Néanmoins, malgré toutes ces précautions, l'animal libéré restera quand même moins adapté à son environnement et donc plus fragile. C'est l'un des nombreux points dissuasifs soulevé dans le préavis (intra-science.anaisequey.com/. ../...), et l'une des raisons qui rend cette expérience délicate.

Je pense que l'intensité de cet handicape varie largement selon les espèce. La mésange que j'avais élevée a très rapidement retrouvé ses "instincts" sauvages après son sevrage, et durant l'élevage elle chantait soir et matin. J'imagine qu'avec un corvidé, cela serait peut-être bien plus ardu de le déshabituer à la présence humaine.
Citer