Les écureuils canadiens

Date d'observation : le 05 août, le 28 août, le 14 septembre ainsi que le 17 décembre 2012.

Lieu : Canada : St-Félicien, Montréal, Québec et Parc du Niagara.

 

 

Au Canada se trouve un nombre impressionnant d'écureuils : ils nichent dans les arbres, parfois en plein coeur des villes et sont facilement visibles en été dans les parcs et les ruelles. A cause de leur prolifération et des dégâts qu'ils peuvent provoquer, les canadiens les considèrent généralement comme de la vermine (au même titre que les rats dans d'autres pays).

J'ai personnellement croisé trois différentes sortes d'écureuils en ayant vécu quelques mois dans ce pays :

 

  1. Écureuils gris
  2. Écureuils roux américains
  3. Tamias ("petits suisses")
  • Écureuils gris

Les écureuils gris (Sciurus carolinensis) sont de loin les plus fréquents dans les zones urbaines (la ville de Montréal en abrite une véritable légion). Ses membres sont reconnaissables à leur queue en panache, qui est plus touffue que celle des autres espèces.


Un écureuil gris dans un parc, à moins d'un mètre de moi (agrandir l'image)


Le même animal dressé sur ses pattes (agrandir l'image)

L'un d'eux à Montréal, il se balade sans aucune gène à proximité des habitations (© IS)

 

Contrairement à ce que leur nom laisse croire, les écureuils gris peuvent être de différents coloris allant du gris au noir, ou tirant parfois sur le roux.

Un écureuil gris de teinte noire, près des chutes du Niagara (agrandir l'image)

Même couleur, vu de face (agrandir l'image)

Un écureuil noir virant au brun (agrandir l'image)

Des taches rousses sur ce pelage gris (agrandir l'image)

Ces écureuils sont habitués à la présence humaine et se laissent en général facilement approcher.

Un photographe avec un écureuil à ses pieds... (agrandir l'image)

Ils construisent leur nid de façon similaire aux oiseaux, à l'aide de brindilles et de feuilles. Ils s'y abritent durant les plus froides périodes de l'hiver, après avoir collecté des provisions.


Les nids sont formés d'un amalgame de brindilles que les écureuils coincent dans les branchages (agrandir l'image)


Un écureuil gris perché dans un arbre (agrandir l'image)

Différents écureuils collectant des brindilles et des provisions pour l'hiver (© IS)

 

 

  • Écureuils roux américains

D'après mon expérience, les écureuils roux américains ((Tamiasciurus hudsonicus, à ne pas confondre avec ceux que l'on trouve en Europe) peuplent davantage les régions naturelles au nord du Canada. J'en ai croisé plusieurs lors de ma visite au Zoo Sauvage de St-Félicien et à celui proche de Montréal.

Ils ont comme signes distinctifs un dos roux et un ventre blanc délimités par une fine bande noire.

Un écureuil roux perché sur une barrière (agrandir l'image)

Une femelle venue sous ma table de pique-nique (agrandir l'image)

Un autre se tenant sur une poubelle... (agrandir l'image)

 

Leur cri est très particulier, il ressemble étrangement à celui d'un oiseau :

 Cris de l'écureuil roux américain (© IS) :

  • Tamias

Les dernière famille que j'ai pu apercevoir est celle des tamias, appelés familièrement "petits suisses" (d'après leurs rayures qui rappellent le costume de la garde suisse du Vatican...). Il s'agit cette fois d'un écureuil terrestre, qui se trouve être plus petit que les espèces précédentes. J'ai pu en voir à St-Félicien, au zoo proche de Montréal et dans les environs de la ville de Québec, mais aucun dans les zones urbaines.

Les tamias (petits suisses) sont de petits écureuils rayés

Gros plan sur un tamia (agrandir l'image)

Un petit suisse (écureuil) dans les feuilles mortes

Un autre spécimen fouillant dans les branchages (agrandir l'image)

Un écureuil rayé qui se repose

De profil sur un rocher (agrandir l'image)

Au Canada, les tamias et les autres écureuils sont peu farouches

Un petit tamia sur un chemin de pierre (agrandir l'image)

Ils stockent parfois dans leurs énormes bajoues la nourriture récoltée sur le sol.

L'écureuil grignote la nourriture trouvée par terre et la garde dans ses joues

Le tamia grignote la nourriture trouvée par terre et la garde dans ses joues (agrandir l'image)

La nourriture récoltée est stockée dans les joue du rongeur

Les bajoues peuvent devenir très volumineuses (agrandir l'image)

Un tamia en train de chercher à manger (© IS)

 

Commentaires   

0 #4 cat 06-10-2016 01:18
nous en avions un a beloeil sous le cabanon. il a ete piege dans un piege a moufette. mon coeur est triste car il est rare den voir pres des villes. j'espère qu'il y en aura dautres qui viendront.
Citer
+5 #3 tiphagne 01-12-2015 18:05
ils sont trop mignon.
Citer
+6 #2 mauron 19-08-2015 02:22
A Ottawa , ils sont nombreux dans les parc ainsi que les marmottes.. :lol:
Citer