Élevage de lucioles
(vers luisants)

Ver luisant femelle en train de monter sur une brindille

Présentation de l'expérience :

 

But :

Capturer des vers luisants et observer leur développement : reproduction, nymphose et métamorphose.

 

Description :

Ramassage des insectes dans la nature puis élevage à la maison. La progression est suivie chaque jour.

 

Durée :

1 an et 20 jours. Cette durée n'est pas représentative, elle concerne uniquement l'expérience menée par la responsable. Veuillez consulter les informations pratiques pour plus de détails.

 

Difficulté :

Prix des objets/animaux :

--> Bon marché

Dangerosité :

--> Aucun danger

Entretien :

--> Modéré : humidification quotidienne et apport régulier de nourriture

Mise en place et préparatifs :

--> Demande une organisation modérée

Problèmes potentiels :

--> Très difficile de trouver des insectes, taux de mortalité élevé si mauvaise gestion

Disponibilité des objets/animaux :

--> Pratiquement impossible de trouver ces insectes si l'on ne sait pas où aller

Durée de l'expérience :

--> Très longue dans sa forme complète

Intérêt :

Rareté de l'expérience :

--> Très rare

Étonnement :

--> Surprenant à observer et à élever

Potentiel didactique :

--> Divers phénomènes biochimiques atypiques à étudier

Évolution anatomique :

--> Nymphose et métamorphose intéressantes

Diversité comportementale :

--> Surprenante diversité observable avec un peu de patience et d'attention

Adaptation au cadre scolaire :

--> Faisable mais relativement malaisé à organiser

Difficulté de réalisation :

--> Très long et difficile de trouver les insectes

Relation avec l'animal :

--> Aucune relation

--> Avant de pratiquer cette expérience, veuillez lire le préavis concernant les expérience zoologiques <--

 

--> Voir le détail de l'expérience <--

--> Voir les informations pratiques <--

 

Élevage de tritons

 

 

Journal des observations:

 

version détaillée

Sommaire

  1. Récupération et installation des adultes
  2. Photos comparatives mâle/femelle
  3. Informations diverses sur les adultes
  4. Début de la ponte
  5. Évolution des oeufs
  6. Nouveau triton en phase terrestre
  7. Mode de chasse
  8. Parade nuptiale
  9. Éclosion des larves
  10. Photos à une semaine
  11. Libération des adultes
  12. Croissance des pattes avant
  13. Développement des pattes arrières

 

--> En cas de problème d'affichage (images manquantes, fractionnées) actualisez la page <--

 

Suite à l'accord d'un de mes anciens professeurs, je me rends à l'étang du collège de St-Maurice (VS) afin de récupérer quelques tritons alpestres adultes.

 

Le petit étang du collège de l'Abbaye de St-maurice

L'étang de St-Maurice sert de point d'observation pour les étudiants des cours de biologie

L'étang de St-Maurice sert de point d'observation pour les étudiants des cours de biologie

 

Malgré sa petite taille ce point d'eau regorge littéralement de vie, il m'a donc été très facile d'attraper les animaux en question. J'ai choisi de prélever un mâle et deux femelles afin d'augmenter les chances de ponte. Je ramasse également une petite quantité d'oeufs de grenouilles qui pourront servir de nourriture aux tritons.

Les tritons mangent les oeufs de grenouilles

Les tritons mangent les oeufs de grenouilles

 

A l'état naturel, les tritons s'accouplent durant une dizaine de jours avant de commencer à pondre. Les femelles déposent alors leurs oeufs un à un sur la végétation environnante. Je demanderai régulièrement des nouvelles de l'étang pour savoir quand les premières pontes auront lieu et vérifier si mes protégés suivent le même rythme.
En rentrant chez moi, j'aménage un grand bac dans lequel j'ajoute de l'eau du robinet et différents types d'herbes et de feuilles.

Le récipient contient des feuilles, brindilles et autres plantes

Le récipient contient des feuilles, brindilles et autres plantes

Malheureusement à cette période de l'année il y a encore très peu de végétation aquatique

 

En transvasant les oeufs de grenouilles à l'intérieur du récipient, je constate que de nombreuses petites bêtes aquatiques sont agglutinées à leur surface. Après avoir demandé des renseignements, on me dit qu'il s'agit probablement d'ostracodes, de minuscules crustacés vivants dans les mares.

Un ostracode de quelques millimètres

Un ostracode de quelques millimètres

 

Je place donc finalement les tritons dans le bac, en espérant que les femelles s'y sentent à l'aise. Si pour une quelconque raison elles ne pondent pas d'ici une quinzaine de jours, j'irai chercher directement des oeufs dans l'étang.

 

Je constate bizarrement que l'eau se dégrade rapidement ; elle est devenue plus foncée et trouble. Je changerai les tritons de bac d'ici demain.

 

En une nuit la qualité de l'eau a étonnamment diminué. Les oeufs de grenouilles ont comme pourri, ils gisent sur le fond du bac et la gelée qui les maintenait ensemble a totalement disparu. L'année passée je n'avais pourtant pas eu ce type de problème avec l'élevage de grenouilles.

Je remplis donc un nouveau récipient d'eau fraîche où mettre les tritons et transfère une partie de la végétation dans celui-ci. J'en profite pour faire des photos des différents protagonistes afin d'estimer les différences morphologiques entre les deux sexes.

Première constatation, les femelles sont plus grandes et plus rondes (en tout cas à cette période de l'année) que le mâle :

 

Un mâle et deux femelles tritons alpestres

Le mâle (au centre) et les deux femelles

Une femelle et un mâle triton alpestre

Femelle (à gauche) et mâle hors de l'eau

 

 

Notez au passage que les individus possèdent 5 doigts aux pattes arrières et 4 aux pattes avants.

Les couleurs des deux genres sont très différentes. La peau des femelles est plutôt verdâtre, alors que le mâle est bleuté.

 

Femelle triton alpestre dans l'eau

Mâle triton alesptre dans l'eau

La femelle (en haut) et le mâle

 

La différence est moins visible hors de l'eau.

 

Femelle triton alesptre hors de l'eau

Mâle triton alesptre hors de l'eau

La femelle (en haut) et le mâle

 

Le mâle possède un ventre rouge et celui des femelles est orangé.

 

Le ventre des femelles est moins éclatant que celui du mâle

Le ventre des femelles est moins éclatant que celui du mâle

 

Le mâle est par contre pourvu d'une petite crête, ainsi que d'une bande bleue très prononcée sur les flancs.

 

Ligne bleue caractéistique sur le flanc d'une triton alpestre mâle

Le mâle possède une crête sur le dessus et une ligne bleue sur chaque côté

Le mâle possède une crête sur le dessus et une ligne bleue sur chaque côté

Les femelles sont dépourvues de bande bleue

Les femelles sont dépourvues de ces caractéristiques

 

Leurs yeux sont également différents, mais je ne sais pas si c'est un critère général ou si cela concerne uniquement ces quelques spécimens.

 

Tête de tritons alpestre mâle et femelle

Les yeux des femelles semblent plus foncés

 

Comme cela se voit sur la photo ci-dessus, l'une des deux femelles a l'air de muer. Il s'agit probablement d'un processus normal (comme tous les tritons au printemps) et celle-ci est simplement un peu en retard.

Vu que les tritons ne disposent plus de nourriture, je leur donne momentanément quelques flocons pour poissons.

 

Je passe au lac Léman pour récupérer des daphnies (puces d'eau) à donner en guise de nourriture. J'en avais déjà ramassées accidentellement l'année dernière lorsque je cherchais des algues pour mes têtards.

 

Les daphnies sont de minuscules crustacés qui servent d'aliment pour beaucoup d'animaux aquatiques

Les daphnies sont de minuscules crustacés qui servent d'aliment pour beaucoup d'animaux aquatiques

 

Malheureusement, et ce après avoir longé plusieurs plages, je n'en ai trouvées aucune. J'y retournerai d'ici quelques jours, en attendant je continue à leur donner des flocons ainsi que de la poudre d'artémias (nourriture pour jeunes poissons).

 

  • Jour 7-9 : 30 mars - 1er avril 2012 (sommaire)

Les tritons sont plutôt productifs en terme d'excréments, mais l'eau reste à présent relativement propre en comparaison avec celle du premier récipient.

 

Un triton en train de déféquer

Un triton en train de déféquer

 

De son côté, la femelle continue de muer, mais elle ne semble pas particulièrement affectée par ce phénomène.

 

Les tritons muent en général au début du printemps

Les tritons muent en général au début du printemps

 

Lorsque les tritons sont stressés, il leur arrive par moment de gonfler d'un coup leur gorge en émettant un petit claquement (audible uniquement s'ils sont hors de l'eau). Peut-être s'agit-il d'un comportement d'intimidation ?

 

Le triton gonfle et dégonfle rapidement sa gorge

Triton alpestre mâle

Le triton gonfle et dégonfle rapidement sa gorge

 

J'ai remarqué que comme les grenouilles, les tritons ne peuvent pas respirer sous l'eau et sont obligés de remonter à la surface pour prendre de l'air. Il s'agit en effet d'animaux fondamentalement terrestres ; ils ne se retrouvent dans les mares que lors de la période de reproduction. Par pure curiosité, j'ai alors cherché à évaluer l'intervalle de temps moyen entre chaque respiration, ainsi que le durée maximale où ils pouvaient rester sous l'eau.

Voici les graphiques par spécimen sur environ 135 mesures :

 

Femelle qui mue -- intervalle moyen : 83.27 [s]-- écart type : 62.77 [s] :

Schémas du temps de respiration d'un triton alpestre

 

Autre femelle -- intervalle moyen : 128.25 [s]-- écart type : 101.85 [s] :

Schémas du temps de respiration d'un triton alpestre

 

Mâle -- intervalle moyen : 113.92 [s]-- écart type : 64.59 [s] :

Schémas du temps de respiration d'un triton alpestre

 

On peut constater que ces données sont très différentes et encore plus d'un spécimen à l'autre.

 

Ce matin j'ai trouvé deux oeufs dans le récipient. Ils sont chacun collés sur une brindille que les femelles ont soigneusement repliée.

 

Oeuf de triton alpestre sur une brindille

Les oeufs sont collés sur des brins d'herbe

Les deux oeufs sont collés sur des brins d'herbe

 

On voit que les deux oeufs ne sont pas au même stade de développement. Peut-être le second avait-il déjà été pondu sans que je m'en aperçoive ? Il faut dire qu'ils mesurent à peine 2 millimètres, c'est-à-dire moins que les oeufs de grenouille, et ils ont exactement la même apparence que les excréments qui gisent au fond de l'eau (si ce n'est que les oeufs disposent pour leur part d'une membrane translucide qui les entoure).

Comme les oeufs de grenouille, ceux des tritons sont transparents et il est donc possible d'observer la multiplication cellulaire et la formation des embryons. Si tout se déroule bien, je ferai tous les jours des photos pour illustrer ce phénomène.

 

Embryon de triton alpestre

Embryon de triton alpestre dans son oeuf

Dans le premier oeuf, on voit clairement la larve de triton en formation

Oeuf de triton alpestre

Le deuxième oeuf est moins évolué (mais il fait le même diamètre que le premier)

 

Sur les deux premières photos, on voit que l'embryon n'est pas dans la même position d'une fois à l'autre ; il bouge donc déjà à l'intérieur de l'oeuf.

Je savais que les femelles de cette espèce déposaient leurs oeufs séparément les uns des autres, mais je n'imaginais pas qu'elles en pondaient seulement un par jour ! Je verrai ces prochains jours si la ponte continu à ce rythme.

En attendant, je place délicatement les deux oeufs dans un autre bac afin de pouvoir mieux suivre leur évolution et d'éviter qu'ils soient mangés par les adultes.

Édit : un nouvel oeuf a été pondu alors même que j'écrivais ces dernières lignes... je vais laisser les tritons tranquilles jusqu'à demain et je dénombrerai les nouveaux oeufs à ce moment-là.

 

Il n'y a pas eu de nouvelle ponte durant la journée. Les oeufs déjà présents se développent lentement, mais on ne voit pas vraiment de différence à ce stade.

 

Un nouvel oeuf a été pondu. Je le place avec les autres dans le récipient prévu à cet effet.

Les oeufs datant de quelques jours commencent à évoluer et à changer de forme.

 

Oeuf de triton alpestre

L'oeuf s'allonge

 

Il me semble que l'on peut d'ailleurs voir sur l'un d'eux le premier stade de division cellulaire :

 

Un oeuf de triton en première phase de division cellulaire

On voit la séparation entre les 2 cellules

 

Dans l'oeuf le plus avancé, la larve se forme graduellement : la queue s'allonge, le corps s'affine et prend des teintes plus contrastées.

 

Oeuf de triton alpestre sur une brindille

Larve de triton alpestre dans son oeuf

La larve évolue

 

Les oeufs continuent leur progression. Les couleurs de la larve se font plus distinctes et les branchies commencent également à pousser.

 

Larve de triton alpestre dans son oeuf

La formation de la larve se précise

 

L'un des autres oeufs dispose d'une face très claire, alors que l'autre côté est foncé. Édit : on m'a dit que la partie claire correspondait au futur endoderme, qui s'intériorisait lors de la gastrulation.

 

Lors de la gastrulation, l'oeuf est bicolore

Lors de la gastrulation, l'oeuf est bicolore

 

Dans le courant de la soirée, je retourne au bord du lac pour chercher des daphnies. Vu que je n'en trouve à nouveau aucune, je passe à l'étang à côté de chez nous pour récupérer quelques algues et des têtards afin de pouvoir tout de même apporter de la nourriture fraiche aux tritons.

La petite mare en question contient non seulement des grenouilles, mais aussi un grand nombre de tritons (que je n'avais bizarrement pas vus l'année passée).

En repartant en direction de chez moi, je trouve sur le sol d'un parking un triton qui semblait se diriger vers l'étang. Contrairement à mes protégés, celui-ci possède une peau plus sombre et rugueuse, il est donc probablement toujours en phase terrestre, c'est-à-dire qu'il n'a pas encore mué pour arborer ses couleurs nuptiales.

Je dirais à priori qu'il s'agit d'une femelle, mais je n'en serai sûre qu'après sa mue. Je décide donc de rapporter l'animal chez moi afin de pouvoir observer ce processus.

 

Triton alpestre en phase terrestre

Triton alpestre en phase terrestre

La couleur du ventre semble indiquer qu'il s'agit également d'un triton alpestre

 

Une fois rentrée, je place le nouvel animal dans un bac à part, avec un peu d'eau et une large pierre pour qu'il dispose d'une surface émergée. J'ajoute également une partie des algues dans l'eau ainsi que 2 têtards.

 

Triton alpestre dans un bac

Pour l'instant le triton est placé séparément des autres

 

Je mets le reste des algues et des têtards dans le bac des autres tritons. Au bout de quelques minutes, ils se mettent à chasser et tentent maladroitement de manger les têtards. Ils commencent par se déplacer lentement en direction de leur proie, s'approchant jusqu'à finir littéralement nez-à-nez avec celle-ci. Après quelque secondes d'attente, ils gobent alors d'un seul coup le têtard, ou n'importe quel autre élément qu'ils s'imaginent (souvent à tord) être comestible.

 

Triton alpestre mâle en train d'attraper un têtard

Triton alpestre femelle en train de gober un têtard

Heureusement que les têtards ne sont pas particulièrement vifs...

 

Le mécanisme de "chasse" des tritons

 

 

Ils ne semblent par contre pas apprécier cette nourriture car ils recrachent directement les têtards... j'espère qu'ils trouveront de quoi se nourrir dans les algues (que je n'ai pas lavées et qui contiennent donc de petits animaux), j'irai en rechercher d'avantage prochainement.

 

Le matin suivant, je commence par aller voir le triton en phase terrestre. A ma grande surprise, je le retrouve perché en équilibre sur le petit rebord du récipient... il semblerait qu'il soit parvenu à grimper verticalement sur 30 cm de plastique.

J'en profite pour prendre quelques photos plus nettes de l'animal, notamment sa peau dont la texture est intéressante.

 

Les tritons muent au printemps pour aller dans l'eau

La texture de la peau est rugeuse

La peau est particulièrement rugueuse

 

Je note au passage que le triton est plutôt lent dans ses déplacements terrestres, contrairement aux mouvements rapides dont il fait preuve dans l'eau.

 

Le triton bouge relativement lentement

 

Autre constat : il agite très rapidement son cou sous l'effet du stress.

 

Hyperventilation ?

 

Je remets l'animal dans son récipient en prenant soin de bien fermer le couvercle.

En regardant dans l'autre bac, je constate avec étonnement que les tritons ont pondu plus de 10 oeufs durant la nuit ! Il est possible qu'il s'agisse d'un événement sans lien avec les manipulations de la veille, mais je me dis peut-être que les femelles peuvent moduler la ponte en fonction des facteurs externes (ici la quantité de nourriture), comme c'est le cas chez d'autres animaux.

J'ai donc pour l'instant une quinzaine d'oeufs en cours de développement.

 

Bac contenant des oeufs de tritons alpestres sur des brindilles

Le petit bac commence à être bien rempli

 

Deux oeufs ont même été pondus sur une même herbe.

 

La brindille a été doublement pliée pour contenir les deux oeufs

La brindille a été doublement pliée pour contenir les deux oeufs

 

En regardant dans le bac, j'aperçois le mâle en train de faire la cour à l'une des deux femelles. Étrangement, cela commence de la même manière que pour la prédation ; les deux protagonistes viennent se placer nez-à-nez durant un court instant, puis le mâle replie sa queue contre son corps et la fait rapidement onduler en direction de la femelle. Cela a pour effet de diffuser des substances censées attirer la femelle en question.

 

La posture typique de deux tritons lors de la parade nuptiale

La posture typique des deux tritons lors de la parade nuptiale

 

Le processus filmé

 

Il faut préciser que chez les tritons l'accouplement est externe. Une fois que la femelle est séduite par les pratiques du mâle, celui-ci libère sa semence dans une poche appelée spermatophore, qui sera ensuite captée par la femelle pour féconder ses oeufs. Pour ma part, je n'ai pas vu d'accouplement complet étant donné que les femelles n'avaient pas l'air de vouloir aller plus loin.

J'ai par contre pu photographier l'une des femelles en train de pondre. Elle s'agrippe à un brin d'herbe et le replie fermement à l'aide de ses pattes arrières, puis elle se place de manière à pouvoir déposer son oeuf dans la fente créée.

 

Une femelle triton en train de pondre un oeuf

Une femelle triton en train de pondre un oeuf

Une femelle en train de pondre

 

Deux ou trois nouveaux oeufs ont été pondus.

Les plus anciens se développent d'avantage et prennent des formes plus distinctes.

 

Embyron de triton

L'un des embryons commence à se démarquer

 

En observant la larve la plus aboutie (qui doit maintenant avoir environ une semaine), j'ai pu la voir se retourner dans son oeuf.

 

Durant la nuit et la fin du jour précédent, une quinzaine d'oeufs ont été pondus ! Comme il ne restait plus beaucoup de végétation dans le bac, certains brins d'herbe comprenaient jusqu'à 4 oeufs.

Je retourne donc chercher de l'herbe ainsi qu'une plus grande quantité d'algues. En passant à l'étang, je constate que je n'aperçois plus aucun des tritons, je suppose donc qu'ils sortent plus facilement le soir et sont donc d'avantage visibles à ce moment-là.

Parallèlement, les embryons continuent leur évolution. La larve avancée possède à présent des branchies plus longues ainsi que des petites taches. Elle va surement éclore ces prochains jours. On peut voir ce qui s'apparente peut-être à des yeux sur les bords de sa tête.

 

Embryon de triton alpestre

Embryon de triton alpestre dans son oeuf

L'embryon est presque achevé

 

  • Jour 17-18 : 09 - 10 avril 2012 (sommaire)

Je place le brin d'herbe où se trouve l'oeuf le plus avancé dans un autre récipient afin que la larve puisse y éclore en restant isolée.

Les tritons ont à nouveau pondus quelques oeufs, mais moins que précédemment. Le triton en phase terrestre n'a de son côté toujours pas mué.

 

La larve a finalement éclos dans la journée. Elle est très fine et mesure environ 5 millimètres de long, ses branchies sont par contre démesurément longues. Je prends une première série de clichés.

 

Larve de triton alpestre juste éclose

Larve de triton alpestre qui vient d'éclore

Larve de triton alpestre qui vient d'éclore

La larve est encore minuscule

 

Remarquez que les yeux de la larve sont bleus, contrairement à ceux des adultes qui étaient jaunes. Les gènes codant pour la pigmentation ne se sont peut-être pas encore exprimés.

Pour l'instant, je place de la poudre d'artémia dans le récipient, j'irai chercher des algues le lendemain.

 

Comme prévu, je vais chercher des algues (contenant un grand nombre de petits organismes) pour les mettre dans le bac de la larve. Celle-ci nage par à-coup et à grande vitesse lorsqu'elle est dérangée.

Je place également dans le bac deux autres brins d'herbe sur lesquelles les oeufs arrivent à terme.

 

La larve reste principalement immobile sur le fond du récipient

La larve reste principalement immobile sur le fond du récipient

 

Une seconde larve a éclos. Je reprends des photos plus précises de la première, qui n'a pas vraiment grossi (mis à par la tête) mais semble s'être éclaircie depuis la dernière fois. Durant toute la durée des clichés, je l'ai placée dans une goutte d'eau sur une plaque de verre afin d'améliorer la visibilité.

 

La larve a deux jours et mesure 1 cm

Tête et oeil d'une larve de triton alpestre

La larve a deux jours et mesure 1 cm

Remarquez la taille des yeux et des branchies

Remarquez la taille des yeux et les deux "branchies" situées à l'avant de la tête

 

  • Jour 22-26 : 14-18 avril 2012 (sommaire)

Pas de constatation particulière. Les larves n'ont pas changé de morphologie durant ces derniers jours, mais entre-temps deux autres sont nées. Je prendrai prochainement des photos comparatives de deux larves à des stades différents.

Vu que le triton en phase terrestre n'a toujours pas mué, je décide de la mettre dans le même bac que les autres adultes afin de peut-être stimuler le processus.

 

La ponte semble s'être arrêtée, les femelles sont moins volumineuses qu'auparavant et le mâle ne cherche plus à s'accoupler. Je garde encore les adultes quelques jours, puis j'irai les relâcher.

 

La plus grande des larves a maintenant un peu plus d'une semaine. Je constate que contrairement aux têtards les larves de tritons évoluent lentement d'un point de vue morphologique.

Les photos précédentes ne retranscrivant pas bien la transparence de la larve, je reprend quelques clichés sans fond blanc :

 

La larve est transparente

On voit plus nettement que la larve est transparente

 

J'en profite pour prendre une photo depuis dessous, on y voit clairement les organes de la larve :

 

On distingue bien le coeur et les intestins en transparence, ainsi que le début des pattes avants

On distingue bien le coeur et les intestins

 

Je tente également de prendre une photo frontale de l'animal, ce que j'avais déjà essayé de faire en vain ces derniers jours. Cette fois-ci, j'utilise une petite pipette pour aspirer la larve de manière à ce que sa tête soit dirigée vers l'embouchure. Je presse alors la poire pour que la larve soit visible :

 

Larve de triton alpestre vue de face dans une pipette

Je précise que la larve n'a pas manqué d'eau durant cet étrange processus

 

On voit sur une seconde image ce qui pourrait être une bouche :

 

Larve de triton alpestre vue de face dans une pipette

L'ouverture de la bouche est visible en transparence

 

  • Jour 29-33 : 21-25 avril 2012 (sommaire)

Pas de constatation particulière.

 

Comme la ponte s'est arrêtée et que le triton en phase terrestre n'a finalement pas mué, je décide de relâcher les adultes. Je les place donc (ainsi que les têtards restants) dans un petit bac de transport afin de les emmener à l'étang.

 

Tritons alpestres et têtards dans un récipient

Les tritons sont placés dans un bac

 

Je choisis de les relâcher dans l'étang de Prilly et non celui de St-Maurice (d'où proviennent 3 des 4 individus) afin d'éviter un long trajet aux animaux.

 

Un petit étang situé à Lausanne

L'étang de Prilly et celui de St-Maurice abritent tous deux un grand nombre de tritons

 

Je relâche donc tous les amphibiens dans la mare.

 

Triton alpestre femelle en train d'être relâché

Triton alpestre mâle aux couleurs nuptiales

Triton accroché à une feuille

Les têtards sont relâchés dans l'étang

Les animaux sont libérés

 

La plupart des larves sont à présent nées. Il y en a au total une quarantaine.

Parmi les oeufs restant, je remarque que deux d'entre eux avaient été pondus côte-à-côte.

 

En temps normal, les oeufs sont pondus individuellement

Les embryons sont en formation dans leurs oeufs

Remarquez que les larves ont changé de position entre les 2 photos

 

  • Jour 36-38 : 28-30 avril 2012 (sommaire)

Je reprends des clichés de la larve la plus âgée, qui a maintenant une vingtaine de jours et mesure un peu moins de 2 cm. Sur les photos, on peut clairement voir la présence de pattes avant, ce que je n'avais pas remarqué à l'oeil nu étant donné qu'elles se confondaient avec les branchies.

 

Les pattes avants commencent à pousser

Les pattes avants commencent à pousser

Les pattes avants commencent à pousser

Les pattes avants prennent du volume

 

Il est intéressant de constater que ce sont bien les pattes avant qui poussent en premier, contrairement aux têtards chez lesquels il s'agit des pattes arrières.

Après avoir regardé plus en détail les anciennes photos, je me demande si les deux "branchies" situées à l'avant de la tête des larves lors de l'éclosion ne pourraient pas déjà représenter une ébauche de pattes :

 

Ces filaments isolés pourraient correspondre au début des pattes ?

 

Sur les images prises au jour 28 (la larve avait alors une semaine), on peut déjà distinguer plus clairement les pattes. Je les avaient prises à tort pour des branchies :

 

Les pattes avants commencent à pousser

Les pattes sont encore très fines et ne dispose que de deux doigts

 

Voici une autre image sur une larve âgée d'environ 10 à 15 jours, la formation des doigts se précise :

 

Les pattes avants commencent à pousser

Le 3e doigt n'est pas encore achevé

 

Chez la larve de vingt jours, les pattes commencent à être fonctionnelles :

 

Même si la larve nage avec sa queue, il lui arrive de bouger les pattes

 

Parallèlement, la forme générale du corps change et les ramifications des branchies s'affinent.

 

Les pattes avants commencent à pousser

Les branchies externes d'une jeune larve de triton alpestre

Passez la souris sur les images pour un aperçu avant-après

 

J'ai pu au passage filmer la larve en train d'émettre une bulle, comme les adultes lorsqu'ils reprennent de l'air à la surface. Dans ce cas il ne s'agit sans doute pas du même processus étant donné que la larve a une respiration encore uniquement aquatique.

 

La larve émet une bulle

 

Au niveau des yeux, on peut voir que la couleur bleutée commence à jaunir.

 

La couleur bleutée commence à jaunir

La couleur de l'oeil change progressivement

 

J'ai pu par la même occasion voir que les yeux pouvaient pivoter sur leur axe.

 

Les yeux bougent de manière synchronisée

 

  • Jour 39-42 : 01-04 mai 2012 (sommaire)

Les pattes arrières commencent elles-aussi à pousser. Contrairement aux têtards, elles se développent directement hors de la membrane de la queue.

 

Début de croissance des pattes arrières d'une larve de triton alpestre

Début de la croissance (30 avril)

Début de croissance des pattes arrières d'une larve de triton alpestre

Deux jours plus tards les pattes arrières sont déjà mobiles ! (agrandir l'image)

Larve de triton alpestre vue de dessous

Les pattes arrières se forment vraiment linéairement

 

Les pattes arrières sont fonctionnelles même sous forme inachevée. Parallèlement, les pattes avant se développent bien et sont à présent utilisées en permanence par la larve la plus âgée.

 

Activité de la larve - vidéo prise depuis dessous

 

Remarquez que la larve est toujours bien transparente, on peut voir son coeur battre depuis dessous.

 

Les organes sont visibles sous la peau

Les organes sont encore tout-à-fait visibles

 

{jgototop}{/jgototop}

 

--> Retour à la fiche technique <--

--> Voir le bilan de l'expérience <--

--> Voir les informations pratiques <--