Élevage de cailles
(Cailles du japon)

Détail de l'expérience :

 

--> Avant de pratiquer cette expérience, lire avant tout le préavis concernant les expérience zoologiques <--

 

Résumé thématique

Sommaire

  1. Incubation et éclosion
  2. Habitat et enclos
  3. Croissance et couleurs
  4. Comportement
  5. Alimentation
  6. Reproduction
  7. Difficultés rencontrées

Les oeufs sont placés dans une couveuse à retournement automatique réglé approximativement sur 38°C. Je remplis régulièrement le bac d'eau prévu à cet effet. Après environ 5-6 jours, les vaisseaux sanguins des oeufs fécondés sont visibles par mirage (éclairage avec une lampe). Au bout du 14e jour, j'arrête le retournement automatique et j'augmente l'humidité en plaçant des éponges imbibées d'eau dans le fond de la couveuse.

Après 16 jours et demi d'incubation, les petits bien formés commencent le bêchage à l'aide d'une petite excroissance de leur bec (le diamant). Je bouche alors les espaces internes de la couveuse de façon à ce que les petits ne tombent pas au fond. Ils sortent d'eux-même après parfois plus d'une journée, bien qu'il m'ait été nécessaire d'en aider quelques-uns en perçant délicatement la coquille. Les petits restent entre 12h et 24h dans la couveuse avant d'être placé dans un bac et d'avoir accès à de la nourriture.

Les cailleteaux éclosent après en moyenne 16 à 17 jours d'incubation
Les cailleteaux éclosent après en moyenne 16 à 17 jours d'incubation (agrandir l'image)

Les cailleteaux qui viennent de naître sont vraiment minuscules et préfèrent rester dans un espace plutôt restreint. Je les met en premier lieu dans une petite boîte à couvercle dont le fond est tapissé de sable pour oiseaux et au-dessus de laquelle je suspends une lampe infra-rouge. Je place à l'intérieur deux récipients pour l'eau et la nourriture.

Après quelques jours, lorsqu'ils sont capables de sauter hors de la boite, je les place dans un récipient plus vaste et j'agrandis également la taille des mangeoires. Dix jours plus tard, lorsque les cailleteaux sont âgés d'environ deux semaines, je décide d'aménager un enclos à même le sol, entouré par des planches posées sur une bâche. J'aménage ensuite quelques abris (cartons vides) afin que les cailles puissent s'y cacher et je mets les graines non plus dans une mangeoire, mais directement sur le sol. Une vingtaine de jours plus tard, je triple la taille de l'enclos, le plaçant également plus proche de la fenêtre afin d'offrir une meilleure luminosité aux cailles. Avec l'arrivée des petits, je sépare cet enclos en deux parties à l'aide d'une vitre. Je remets par ailleurs du sable sur la bâche de façon à faciliter le nettoyage des excréments.

Les enclos s'agrandissent avec le temps
Les enclos s'agrandissent avec le temps (agrandir l'image)

Lors de l'éclosion, les cailleteaux sont couverts d'un duvet qui adhère encore à leur peau à cause de l'humidité. Après une journée, ils sèchent et deviennent alors plus volumineux. A ce stade, la couleur du duvet ne reflète que partiellement la teinte finale de la caille.

Évolution de la couleur du plumage chez 5 cailles du japon
Évolution de la couleur du plumage chez 5 cailles (agrandir l'image)

Les plumes commencent leur croissance dès le 6e jour de vie des poussins, elles sortent sous forme de tubules rattachées au duvet. Cinq jours après le début de la pousse, le plumage est déjà bien établi. A nouveau cinq jours plus tard, lorsque les cailles atteignent deux semaines, elles sont presque totalement recouvertes de plumes. Le plumage couvre complètement le corps à 3 semaines de vie et atteint sa teinte et sa longueur finale à partir d'environ un mois et demi. Durant ce laps de temps, les cailles passent en moyenne de 4 cm à plus de 15 cm.

Exemple de croissance d'une caille en un mois et demi
Exemple de croissance d'une caille en un mois et demi (agrandir l'image)

Dès l'éclosion, les cailleteaux sont très exigeants envers moi, qu'ils considèrent probablement comme leur mère. Dès que je disparais de leur champ de vision, ou même lorsque je ne les regarde pas, ils se mettent à pousser des cris d'appel stridents. Cette période dure tant que je suis proche d'eux. Si je les laisse seuls quelques jours, ils piaillent de moins en moins et finissent par cesser de m'appeler. Une fois cette phase passée, les cailles sont plutôt distantes. Elles ne sont en général pas particulièrement effrayées par l'humain, mais elles ne cherchent pas non plus sa présence.

Le cri typique d'appel des cailleteaux (actualisez la page en cas de problème de lecture)(© IS)

Par rapport aux autres cailles, elles se comportent tantôt pacifiquement, tantôt de manière agressive (dans le cas par exemple des mâles adultes). Elles sont très expressives lorsqu'elles ne s'entendent pas et peuvent, pour fuir ou simplement exprimer leur stress, faire des bonds de plus d'un mètre.

Elles apprécient la présence de sable pour oiseau (dans lequel elle se frottent) et de paille où elles peuvent se cacher. Elles utilisent beaucoup les abris et cachettes que je mets à leur disposition.

différentes attitudes des cailles
Différentes attitudes des cailles (agrandir l'image)

De l'éclosion à 3 semaines, je donne aux cailleteaux de la farine pour poussins, qui se présente sous forme de petites graines. Durant les permers jours de vie des cailleteaux, je prend soin de disposer l'eau dans des mangeoires où ils ne peuvent pas se noyer. Lorsqu'ils deviennent plus âgés (environ 3 semaines), je leur met un mélange de graines et de farine pour poules pondeuses. Tous les 3 jours en moyenne, je leur amène également des vers de farine afin d'avoir un meilleur apport de protéines. J'ai dû occasionnellement donner des coquilles d'oeufs en poudre afin d'améliorer la ponte des femelles.

Comportement alimentaires et nourriture donnée
Comportement alimentaires et nourriture donnée (agrandir l'image)

A partir d'un mois et demi environ, les cailles commencent à adopter un comportement sexué. Pour les mâles, cela se traduit par des tentatives d'accouplement et des cris de coq le matin et le soir. La présence de sperme dans les excréments est également un indicateur.

Cri pour appeler les femelles (soir et matin, avant l'accouplement) (actualisez la page en cas de problème de lecture)(© IS)

Pour les femelles, c'est la première ponte qui sert de référence. Certains oeufs peuvent être mous (dénués de coquille) chez une jeune femelle, ce n'est pas alarmant. Les cailles ne couvent pas et pondent n'importe où, à moins que l'enclos soit vraiment vaste et qu'il contienne un grand nombre de cachettes. Les premiers oeufs peuvent être mous (sans coquille) dû à la jeunesse de la mère.

Les oiseaux n'ont pas d'organe sexuel externe (y compris les mâles), le cloaque est un canal unique qui sert à la reproduction comme à l'expulsion des fèces et de l'urine (contenue dans les excréments sous forme de poche blanche). Pour les mâles, le phallus, sous forme primaire, est situé dans le cloaque et ne sort que durant l'accouplement. Il est à priori impossible de déterminer le genre de la caille avant sa maturité sexuelle, mais, d'après mes observations, les mâles émettent des piaillements particuliers lorsqu'ils mangent des vers de farine. Ces piaillements de "moteur" s'expriment déjà quelques semaines après l'éclosion, cela pourrait donner une indication sur le sexe de l'animal.

Piaillements de "moteur" (lorsqu'un mâle tient un vers de farine) (actualisez la page en cas de problème de lecture)(© IS)

Comportement sexués des femelles et des mâles, puis différentes pontes
Accouplement et reproduction des cailles

La première et principale difficulté que j'ai subie concerne l'éclosion des petits. J'ai dû dans certains cas aider les cailleteaux à sortir de l'oeuf, ce qui s'est soldé par des hémorragies ou même la mort du poussin. Veuillez consulter la section "problèmes" des informations pratiques pour plus de détails. Les causes de ce dérèglement sont multiples ; mauvaises conditions d'incubation, fraicheur des oeufs, malformation des petits ou des oeufs,...

Au delà de cette problématique, j'ai également subi quelques désagréments mineurs, accidents et autres troubles qui se sont avérés sans grand impact à long terme. Les cailles se remettent assez rapidement de leurs blessures.

J'ai d'autre part eu un malentendu lors de l'achat de mes "cailles de chine", qui se sont avérées être des cailles du japon de coloris différents. J'ai donc cru élever des hybrides (nés de la reproduction de mes cailles) alors qu'il s'agissait en fait de descendants parfaitement normaux.

Problématiques liées aux cailles durant cette expérience
Problématiques liées aux cailles durant cette expérience

 

--> Retour à la présentation <--

--> Voir les informations pratiques <--

Commentaires  

0 #25 Intra-science 31-03-2017 00:58
Citation en provenance du commentaire précédent de MamanCailleteau :
Merci pour vos informations. Tout est bien clair.
Avec mes enfants, on a pris un cailleteau de 3 jours éclos sous couveuse. Elle a maintenant 7 semaines mais ne pèse que 100 g. Elle ne chante pas comme un mâle, elle ne pond pas. Impossible de savoir son sexe même par le poitrail, ni roux ni tâcheté. Est-ce un retard de croissance (je précise qu'elle est très active, mange du grit pondeuse et des vers de farine, et ne semble pas malade) ?
Merci pour votre aide.

Bonjour,
Savez-vous de quelle espèce il s'agit ?
La maturité sexuelle des espèces les plus communes se fait à ma connaissance entre 6 et 8 semaines. Rien d'anormal en ce qui concerne le poids, cela dépend de l'espèce et du genre.
Un aspect qui peut retarder la maturité, et notamment la ponte, c'est la quantité de lumière à laquelle l'oiseau est exposé par jour. Cela doit être supérieur à 8h. Si vous êtes à l'intérieur, n'hésitez pas à installer une petite lampe.

Je vous suggère d'attendre encore une semaine avec ces nouvelles conditions. N'hésitez pas à me réécrire en cas de question.
Citer
+2 #24 MamanCailleteau 30-03-2017 16:35
Merci pour vos informations. Tout est bien clair.
Avec mes enfants, on a pris un cailleteau de 3 jours éclos sous couveuse. Elle a maintenant 7 semaines mais ne pèse que 100 g. Elle ne chante pas comme un mâle, elle ne pond pas. Impossible de savoir son sexe même par le poitrail, ni roux ni tâcheté. Est-ce un retard de croissance (je précise qu'elle est très active, mange du grit pondeuse et des vers de farine, et ne semble pas malade) ?
Merci pour votre aide.
Citer
0 #23 Intra-science 05-05-2016 02:18
Citation en provenance du commentaire précédent de marie josee :
bonjours j ai une voliere de 8metre carree et j ai mis mes petite caillle dedans il y a des cachette paille sable et une de mes femelle couve et puis apres elle s arrete de me couver ses oeufs je sais pas pourquoi. est que les souris pourre la deranger ? degouter car j ai des bebe dedans. elle sont avec des oiseau calopsite mais elle les laissent tranquille je sais pas quoi faire pour avoir de bpn resultat car j ai des oeufs un peu partout .
je vous remercie

Bonjour Marie Josée,

Mon expérience en la matière est très limitée, mais je peux vous donner un résumé de ce que j’ai lu :

Les chances d’avoir une couvaison naturelle réussie avec des cailles sont très faibles. Même si vous leur fournissez un environnement idéal, ces races ont paraît-il perdu une partie de leur instinct et ne savent parfois même plus comment couver et s’occuper des cailleteaux.

Les avis divergent quant aux conditions « idéales » de couvaison, mais voici ce que je peux vous recommander :

  • Une grande volière, avec une partie intérieure ou plusieurs petites cabanes ou boites. Les couvées en intérieur réussiront mieux et les cailleteaux risquent moins de mourir de froid après la naissance. Les cailles font aussi plus facilement leur nid dans les endroits peu éclairés.

  • Beaucoup de végétation, cachettes, mais aussi des copeaux et de la paille (dans les cabanes), ainsi qu’un sol meuble (terreau stérile) pour que la caille puisse faire son nid.

  • Enlever le (ou les) mâles après le début de la couvaison, afin qu’ils ne dérangent pas les femelles. Même chose pour les autres espèces (y compris les éventuels rongeurs), faites juste attention à ce que la mère ne soit pas stressée.

  • Nourrir les mères avec de la nourriture spéciale pour pondeuses et des vers de farine.

Malgré toutes ces précautions, si votre caille n’a pas été élevée de façon « naturelle », il est possible qu’elle ne sache tout simplement pas comment faire. Ces espèces sont réputées pour se désintéresser de leur couvée. Il est aussi possible que les œufs soient morts en cours d’incubation, ce qui expliquerait l’arrêt de la couvaison. Car même si la mère parvient à terminer la couvaison, il y a beaucoup de problèmes potentiels jusqu’à ce que les cailleteaux soient viables : déformations, échec de l’éclosion, abandon par la mère, noyade, froid, etc.

Une option « semi-naturelle » populaire consiste à faire couver les œufs de caille par d’autres oiseaux, comme des pigeons ou certaines espèces de poules. Je vous laisse vous renseigner. Sinon il faut bien sûr utiliser un incubateur artificiel…

Bon courage à vous, j’espère que vous obtiendrez une éclosion naturelle ! Postez-nous quelques photos le cas échéant ;-)
Citer