Témoignage : élevage du têtard à la grenouille
(grenouille rousse)

Compte rendu

Retour à la présentation Préface et évaluation de l'expérience.

 Informations techniques Protocole et matériel utilisé.

 

--> Nous vous rappelons que la détention d'animaux sauvages est généralement interdite. La plupart des amphibiens sont désormais protégés en France. Si vous choisissez d'outrepasser cet avertissement, veuillez lire avant tout le préavis concernant les expérience zoologiques <--

 

Résumé thématique

Sommaire

  1. Habitat
  2. Croissance
  3. Alimentation
  4. Difficultés rencontrées

Vous trouverez ci-dessous un compte-rendu de ma propre expérience. Pour une liste plus détaillée concernant le matériel, la nourriture et la démarche générale, référez-vous aux informations techniques.

Mon élevage se porte sur des grenouilles rousses (rana temporaria), une espèce commune qui bénéficie en France d'une protection légale moins étendue à l'heure actuelle que les autres amphibiens.

Je prélève les œufs dans un étang à St-Maurice (VS, Suisse) et je les place dans un très grand bol avec leur eau naturelle. Une fois les têtards éclos, je les transvase dans un grand aquarium en verre avec de nombreuses algues et quelques plantes aquatiques. Je change une parti de l'eau régulièrement, avant qu'elle ne se trouble, soit avec de l'eau provenant d'un étang, soit avec celle du robinet que je laisse poser 24h afin que le chlore s'évapore. Lors de la métamorphose des têtards, je les mets dans une vaste bassine où j'aménage une partie terrestre : avec des pierres, du bois et des végétaux pour créer diverses cachettes et supports. Les grenouillettes sont ensuite rapportées dans leur étang d'origine.

Les différents récipients ayant servis durant l'expérience
Les différents bacs ayant servis durant l'expérience (agrandir l'image)

Les durées ci-dessous sont indicatives, elles peuvent doubler, voir tripler selon les conditions d'élevage (notamment la température de l'eau) sans que cela soit anormal.

Au stade initiale, les oeufs sont parfaitement sphériques. Au fur et à mesure des divisions cellulaires, les embryons changent de forme et se différencient. Tout ceci est visible à l'oeil nu étant donné que la membrane entourant l'oeuf est transparente. Du 5e au 6e jour après l'éclosion, la bouche et les branchies externes se développent. Les têtards commencent à nager un jours après. A partir du 9e jour, les branchies se résorbent et deviennent internes. Les têtards continuent à prendre du volume et deux jours plus tard, je considère que le stade "final" de cette phase est atteint.

Il faut attendre environs deux semaines pour que les pattes arrières émergent. Elles se développent en un peu plus de 10 jours. Directement après cela, c'est-à-dire à environ 40 jours de l'éclosion, les pattes avant font leur apparition. Contrairement aux pattes arrières, celles-ci mettent moins d'une journée pour pousser complètement. Parallèlement, la forme générale du corps change, il s'affine et devient plus anguleux. Deux jours plus tard, les petites grenouilles sont capables de rester plusieurs minutes hors de l'eau. La queue commence également à se résorber et disparaît complètement au 45e jour. Les grenouilles prennent du volume et leurs couleurs finales une fois leur transformation complète.

À noter que dans la nature, certains têtards issus d'une ponte tardive peuvent parfois hiberner dans la vase jusqu'à l'année suivante. Ils sont alors bien plus volumineux. Voyez un exemple ici.

Progression et évolution des oeufs en têtards, puis en grenouille
Progression systématique de l'oeuf à la grenouille (agrandir l'image)

Les durées ci-dessous sont indicatives, elles peuvent doubler, voir tripler selon les conditions d'élevage sans que cela soit anormal.

Les têtards commencent à se nourrir dès l'éclosion, avant même de savoir nager ; dans mon élevage c'était à partir du 5e jour environ. Ils mangent des algues durant toute la durée de leur développement aquatique. Un peu avant le 20e jour, c'est-à-dire lorsque les pattes arrières se développent, ils se nourrissent en parallèle des protéines : vers de vase, petits mollusques, insectes, etc. Les proies vivantes ou congelées sont préférables à la nourriture pour poisson, car cette dernière se dissout rapidement et pollue l'eau.

Une fois sous forme terrestre, les grenouillettes se nourrissent de proies vivantes telles que des drosophiles, des larves, des milles-pattes, araignées, moucherons, fourmis, petits insectes (comme des criquets), vers et mollusques...

Les têtards montent un intérêt grandissant pour la viande, malgré leur régime à base d'algues
Les têtards montent un intérêt grandissant pour les protéines

En mettant trop d'individus ensemble, j'ai malheureusement favorisé la propagation de maladies. Je pense avoir subi une épidémie de mycose, entraînant la perte d'un certain nombre de têtards. J'aurais dû faire bouillir tous les agréments avant de les placer dans le bac.

Mycose chez un têtard
La peau semble se décoller anormalement du reste du corps

De même, cette concentration a rendu difficile le nettoyage de l'eau, qui devait alors se faire tous les deux jours au lieu d'une fois par semaine. Je devais également prendre le temps de trier une grande quantité d'algues à chaque reprise.

Si je devais reproduire cette expérience, je ferais en sorte de ne pas élever plus de 20 têtards à la fois, c'est-à-dire entre 1 et 2 par litre d'eau.

En cas de problèmes avec vos têtards, consultez cette section.

 

--> Nous vous rappelons que la détention d'animaux sauvages est généralement interditeLa plupart des amphibiens sont désormais protégés en FranceSi vous choisissez d'outrepasser cet avertissement, veuillez lire avant tout le préavis concernant les expérience zoologiques <--

 

Retour à la présentation Préface et évaluation de l'expérience.

 Informations techniques Protocole et matériel utilisé.

 

Commentaires  

0 #64 Intra-science 24-05-2019 06:19
Citation en provenance du commentaire précédent de Guinchon Katy :
Bjr, j'ai des centaines voir des milliers de têtards dans mon étang. Où puis-je les relâcher? Personnellement je ne désire pas en avoir. Merci de m'aider a trouver une solution. Bien a vous.

Bonjour,

Il peut être dangereux à la fois pour les têtards et pour la faune locale de les déposer dans un autre point d'eau (d'autant plus que pour la plupart des espèces, c'est également illégal). Ce que je vous recommande, si vous devez vraiment vous en débarrasser, c'est de contacter votre commune ou un garde forestier de votre région et de voir les options dont vous disposez. Ils seront plus à même de vous répondre ou de vous rediriger.

Demandez-leur également comment empêcher que les amibiens reviennent pondre dans votre étang les années qui viennent, car si vous ne prenez pas de mesures cela se reproduira.

Bonne fin de semaine à vous.
Citer
0 #63 Guinchon Katy 19-05-2019 12:18
Bjr, j'ai des centaines voir des milliers de têtards dans mon étang. Où puis-je les relâcher? Personnellement je ne désire pas en avoir. Merci de m'aider a trouver une solution. Bien a vous.
Citer
0 #62 Intra-science 30-04-2017 01:10
Citation en provenance du commentaire précédent de marie anne claire :
[...]je m'inquiète de leurs taille, ca fait bientôt 30 jours que je les eleve mais toujours aucune pattes de sorties[...]

Bonjour Marie Anne,

La croissance des têtards est directement corrélée à la température de l'eau et à l'abondance de nourriture. Dans la nature, en fonction du mois de l'année, les durées peuvent facilement varier du simple au triple.

Les résultats de ma propre expérience sont indicatifs. Tant que vos protégés sont actifs et n'ont pas l'air malades, je ne m'inquiéterai pas d'éventuels retards.

Si vous souhaitez accélérer leur croissance, je vous suggère d'augmenter la température de la pièce où vous les gardez et de leur donner un petit surplus de nourriture (ce qui impliquera davantage de nettoyages).

Bonne suite vous et vos têtards, n'hésitez pas à me recontacter en cas de besoin.
Citer